Monde et Montres...

Monde et Montres...

Swatch Group: Victime ou Retour de baton?

Extrait d'un Communiqué de presse du SWATCH GROUP du 27 octobre 2016:

"

En vertu de l’accord amiable conclu en 2013 entre la COMCO et Swatch Group, ETA a l’obligation de continuer les livraisons aux clients tiers jusqu’en 2019. Les quantités à livrer telles que fixées dans l’accord amiable n’ont de loin pas été achetées par les clients tiers et certains clients majeurs ont renoncé à toute commande pour 2017, alors que ETA a toujours l’obligation de maintenir la capacité de livraison de mouvements mécaniques à hauteur d’environ 1.5 mio de pièces. Pour cette raison, Swatch Group a déposé auprès de la COMCO une requête pour que ETA puisse proposer et vendre à tous ses clients tiers les quantités inutilisées.

...

Cette requête a été rejetée par la COMCO.

...

Afin de couvrir les surcoûts générés par l’obligation de livraison, ETA devra envisager des augmentations de prix massives."

 

(Tout le communiqué: //www.swatchgroup.com/fr/services/archive/2016/statement ).

 

 

D'un point de vue purement industriel, je trouve la demande du SWATCH GROUP assez légitime: on leur demande de prédisposer une capacité industrielle, pour pouvoir tenir une demande cible, mais la demande réelle est très inférieure. Hors l'accord avec la COMCO, SWATCH aurait déjà baissé sa capacité pour s'adapter à la demande (si on oublie le fait que SWATCH aurait coupé les livraisons bien plus tot!). Et n'importe quel industriel ferait de même: une usine en surcapacité, cela coute de l'argent inutilement...

 

D'un point de vue commercial, la position COMCO est aussi assez criticable. Il ne devrait pas être compliqué de demander aux clients de donner leurs prévisions afin de vérifier les commandes à venir jusqu'à 2019. Et l'accord devrait être un minimum engageant dans les 2 sens: SWATCH doit maintenir sa production, mais les clients doivent aussi assurer alors un minimum de commandes. Car sinon, ce serait trop facile pour ces clients, parfois de gros concurents (SELLITA, ROLEX pour TUDOR, pour ne parler que de ceux mentionné dans le communiqué) de gonfler leurs prévisions afin de faire perdre de l'argent à SWATCH avec sa surcapacité.

 

Et au final, c'est encore le client qui devrait payer: si SWATCH augmente ses tarifs, nul doute que cette augmentation sera répercutée ensuite sur le prix de vente. Dans le contexte actuel de morosité (voir de baisse) du marché horloger, ce n'est surement pas le bienvenu.

 

Alors, on peut éventuellement critiquer SWATCH qui s'est par le passé enrichi aussi sur ses ventes de mouvements, mais j'estime que la décision de la COMCO (je pense pour protéger les clients industriels du SWATCH GROUP) va se retourner contre le système, éloignant encore plus les clients finaux et donc aggravant la crise qui se profile.

 

Affaire à suivre...

 

  



03/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres