Monde et Montres...

Monde et Montres...

BREITLING: Vente à CVC, l'aventure continue.

BREITLING est une marque qui fut créée en 1884 par Léon Breitling,à Saint Imier, en Suisse.

 

En 1914, son fils Gaston prend sa succession, puis ce sera Willy en 1932.

 


                     Leon Breitling                 Gaston Breitling                    Willy Breitling                 

La marque restera donc propriété de la famille jusqu'en 1979, où au bord de la faillite, Willy Breitling, doit disperser les actifs:

- Le mythique Modèle Navitimer est laissé à Sinn, avec possibiltié pour Breitling d'en produire également.

- Les restes des pièces existantes est vendu à Ollech et Wajs, qui produira aussi des Navitimer.

- La marque elle même est rachetée par Ernest Schneider, homme d'affaire et CEO de SICURA.

 

Ernest Schneider décèdera en 2015, laissant son fils Théodore seul aux commandes (il secondait son père depuis 1998).

 

Ernest Schneider     Theodore Schneider    

 

C'est Théodore, poussé par sa famille, qui vient de vendre 80% du capital à un fond d'investissement britannique CVC Capital Partners.

 

La santé de la société BREITLING ne semble pas être en cause, le nouveau CEO, Jean-Paul Girardin, alors executive CEO assurait en septembre 2016, que BREITLING se portait bien, n'ayant pas à procéder à des licenciements au contraire d'autres sociétés, malgré un marché atone et malgré un franc suisse fort.

 

Il semble donc bien que cette vente soit bien uniquement liée au souhait d'une partie de l'actionnariat de se désengager.

 

Et il est peu probable que CVC fasse un achat pour tout casser, donc il est probable que le but est bien de développer la marque et la société, même si quelques restructurations sont à prévoir, le but d'un fond d'investissement étant de rentabiliser son achat, et donc de revendre d'ici quelques années une société en meilleure santée, et donc plus rentable. Le maintien de Jean-Paul Girardin aux commandes semble aller dans le sens d'une évolution pas trop radicale, car sinon, CVC aurait poussé pour mettre à ce poste un homme issu de leur sérail.

 

Donc en conclusion, surement quelques mouvements internes à prévoir, mais l'avenir de BREITLING semble assuré.

 

Bretiling était un des derniers groupes familiaux indépendants, ils perdent un peu de cette indépendance, mais restent éloignés des grands groupes du secteur, malgré les récentes alliances avec le groupe ROLEX pour échanger des mouvements avec la marque TUDOR.

 

 

A suivre.

 

 

Sources:

https://www.letemps.ch/economie/2017/04/28/breitling-naurait-clairement-pu-vendue-un-groupe-horloger-selon-proprietaire

http://www.tdg.ch/economie/Breitling-se-porte-bien-malgre-le-franc-fort/story/28093888

http://www.fhs.swiss/fre/2015_05_28_02_Breitling.html

http://www.breitling-museum.com/Breitling-Founding-Generation.html



02/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres