Monde et Montres...

Monde et Montres...

VICENTERRA, Une autre vision du temps: Interview de Vincent Plomb.

Ce mercredi 9 juillet, Vincent Plomb, créateur de la marque VICENTERRA, a reçu Monde et Montres, pour une interview... Histoire, Présent, Futur, voici ce qui s'est dit!

(english version: here

Monde et Montre: Vincent Bonjour! Quel a été ton parcours dans le domaine horloger avant de lancer Vicenterra?

Vincent Plomb: Mon premier parcours dans le domaine horloger a été d'être salarié chez un ingénieur horloger. C'était dans les années 90, j'ai fait 3 ans chez lui, et c'était de la mise en plan de pièces. Puis après, j’ai été un moment sans travailler dans le domaine horloger. Ensuite je suis retourné dans le domaine horloger en 1999, où j’ai trouvé un poste dans une fabrique de boites de montres, avec un ordinateur et Autocad à faire de la mise en plan, et petit à petit j'ai fait du développement technique de boites, en 2D et 3D. J’ai passé 3 ans dans cette société, et au bout de ces trois ans elle a fait faillite, donc je me suis retrouvé au chômage. Pendant cette période, je ne pouvais pas rester sans rien faire, alors j'esquissais de projets de modèles de montres personnels. Pendant cette période de chômage, j’ai collaboré sur plusieurs projets en Free-lance, 8 mois après, j’avais officialisé cette activité dans le développement et la construction de boites de montres. En parallèle, dès que c’était possible, je continuais mes développements personnels.

 

 

M&M : Qu'est ce qui t'a donc donné envie de lancer ta montre et ta marque?

V.P. : Et bien j’ai toujours un petit peu envie de créer quelque chose, pas forcément dans l'horlogerie. Et puis suite aux avant-projets que j’avais faits, je me suis dit « Pousse le truc plus loin, va jusqu’au bout de tes idées ». Une personne m’a donné l’impulsion pour aller plus loin, et travailler sur un avant-projet qui n’avait rien à voir avec Vicenterra car à l’époque il n’y avait pas de marque, c’était plus une démarche de création et après de recherche de clients pour exploiter le projet, mais ça n’a jamais abouti à quelque chose de concret. Cette période-là, c’était entre 2005 et 2009, le temps qu’il m’a fallu pour réaliser les deux premiers prototypes des idées que j’avais.

 

M&M : Et donc l’idée de lancer ta marque et montre, date de cette époque là, 2008?

V.P. : C’était plutôt vers 2009. J’avais enfin suffisamment de matière pour lancer quelque chose, seulement je n’avais pas de moyens financiers pour le faire, d’où l’idée de la souscription qui était venue autour d’une table en discutant avec des amis. Mais du moment de l’idée de la souscription jusqu’au lancement de la souscription, il s’est écoulé encore six mois, six mois de travail pour faire un dossier, revoir le design, trouver une marque, et faire toute les démarches nécessaires.

 

M&M : Pour finaliser tout le concept, donc ?

V.P. : Oui.

 

M&M : Et donc tout cela nous amène à la GMT-3 Tome1, que tu as donc lancé en souscription en 2010, je crois ?

V.P. : Avril 2010.

 

M&M : Quelle était l'idée centrale du concept?.

V.P. : L’idée centrale est d’amener quelque chose entre le mouvement et la carrure, de l’animation. D’où la Terre, maintenant la Lune dans la Luna, et puis un petit soleil jour/nuit en 3D qui intègrera le troisième modèle de la marque.

 

M&M : Et comment es-tu arrivé au design final ?

V.P. : Pour le moment, la boite de forme Tonneau est celle qui convient le mieux à mes complications. Le design final a été réalisé avec la collaboration de Studio Divine, à Bienne.

 

M&M : Est-ce qu’il y a des choses que tu aurais voulu mettre dans cette Tome1 et auxquelles tu as du renoncer, où est ce que tu as mis ce que tu voulais y mettre sachant que tu en gardais volontairement sous la semelle ?

V.P. : Oui, c’est ça ! C’est déjà assez compliqué de partir sur des choses aussi complexes sur une tout jeune marque, ce n’est pas juste une trois aiguilles / date, il y a un peu plus que ça.

 

M&M : il n’y a donc pas eu de renoncement, c’est donc volontairement que tu as choisi de ne pas en mettre trop, pour que ce soit faisable ?

V.P. : Juste le concept GMT-3 était déjà assez copieux en travail. D’ailleurs on m’avait déjà demandé pourquoi j’étais parti sur un projet de cette complexité. La réalisation de la Terre a du se faire au pied-levé, il a fallu trouver les idées pour sa réalisation.

 

M&M : C’est le challenge, mais c’est l’élément qui a fait que ça aussi bien marché ! Sans la Terre, je pense que tu ne te serais pas assez démarqué du reste du marché !

V.P. : Non… on est d’accord !

 

M&M : Tu as du passer quelques nuits blanches à transpirer sur le projet. Qu'as-tu ressenti quand tu as eu le quota de souscriptions pour lancer la réalisation?

V.P. : Ca a un côté sympathique d’avoir le quota pour lancer la réalisation, mais il faut toujours rester réaliste et prudent, et puis aboutir à la fin du projet pour apprécier toute la démarche effectuée. Et tous les gens rencontrés sur le parcours, les nouvelles connaissances, tant du côté client que du côté fabriquant ou sous-traitant, les journalistes… Tout un ensemble de choses qui sont super intéressantes !

 

M&M : Et donc l’émotion a été plus quand tu as pu envoyer la dernière !...

V.P. : Oui !

 

 VICENTERRA GMT-3 Tome 1

 

M&M : Un peu plus techniquement,  tu es parti sur un mouvement base ETA 2892 et tu as rajouté un module. Tu as tout conçu dans ce module, ou tu as pu reprendre des choses qui existaient un peu par ailleurs sur d’autres mouvements existants ?

V.P. : Il y a des choses de base qui existent, qui sont classiques. Un GMT c’est toujours un peu la même chose… La difficulté de ce GMT-là, c’est qu’il est assez loin du point de centre. Après, tout le reste il faut le concevoir ! Idem, la date rétrograde, la particularité c’est qu’elle a un double escargot, et là aussi il faut trouver les solutions pour que ça prenne le moins de place possible. Le day-night, ce n’est pas très complexe, c’est un simple renvoi d’engrenage, ça tourne ! La Terre peut paraitre simple, mais il y a quelques difficultés et beaucoup de déchets. Et les systèmes de correction ont donné pas mal de travail.

 

M&M : OK. Donc pour résumer, les idées de bases existaient, mais il a fallu tout reconcevoir et le module est entièrement nouveau.

V.P. : Pas révolutionnaire du point de vue techniques horlogères, mais il a fallu tout dessiner et imaginer, bref, comme tous les concepteurs…

 

M&M : Un module additionnel qui a autant de "rubis" que le mouvement... Tu n'es pas loin de faire ton propre mouvement finalement!

V.P. : Oui (amusé)… Un jour peut être ! A voir !

 

M&M : Comment gères tu la production et l'après-vente? Tu montes toi même? Tu paies un indépendant pour le faire ou bien une société spécialisée?

V.P. : Le module est développé par Vicenterra, et il a fallu trouver les différents fournisseurs, certains au pied-levé pour la souscription, ils n’étaient pas tous là  quand j’ai démarré. Ensuite, il y a trois horlogers indépendants qui collaborent avec Vicenterra, pour faire l’assemblage. L’atelier que j’ai chez moi est juste pour les petites retouches ou contrôles, je ne suis pas un horloger praticien ! Pour revenir aux fournisseurs, l’idée de base était d’avoir pour chaque pièce deux ou trois fournisseurs potentiels. Ce qui a assez bien réussi dans 90% des composants. Pour le SAV, ça revient chez moi, je contrôle le problème signalé et je transmets à mes horlogers qui font les corrections. Mais il y a eu peu de problèmes !

 

M&M : On en a fini avec la Tome1, on va embrayer sur la Tome2 de la GMT-3, qui est donc esthétiquement très réussi, mais très différente de la Tome1. Pourquoi as-tu choisi de faire une telle différence entre les deux ?

V.P. : Architecturalement, la montre n’a pas beaucoup changé. Par contre au niveau du cadran, des aiguilles, et de certaines finitions de la boite, on a tout amélioré. En plus dans la Tome2 il y a une boucle déployante directement proposée avec et un bracelet alligator.

 

VICENTERRA GMT-3 Tome 2

 

M&M : Le style est très différent tant du point de vue cadran que d’autres éléments…

V.P. : Je ne pouvais pas faire le même cadran. L’idée de travailler sur un cadran où la matière est creusée et laisse en relief toutes les inscriptions, je trouvais cela assez intéressant, et le résultat est jugé assez magnifique par les amateurs en général ! Il fallait vraiment amener autre chose pour entrer dans le circuit détaillants, un produit haut de gamme.

 

M&M : Il y a une volonté aussi de démarquer de la Tome1, qui était par souscription.

V.P. : Oui… et puis en noir avec ce cadran en relief, ça fait quelque chose de plus « technique ». C’est un mariage entre la technique et un rendu plus « classe ».

 

M&M : On attaque la Luna… Tu abandonnes le GMT, la date devient une grande date à guichet, et tu rajoutes la Lune. Et tu remplaces le mouvement ETA par du Vaucher. Qu’est-ce qu’il y a eu comme difficultés supplémentaires par rapport à la GMT3 ?

V.P. : Le développement qui m’a pris le plus de temps, c’est la grande date. Parce qu’il y a beaucoup de brevets qui existent sur ce genre d’indication et en plus j’avais des contraintes à cause du système de liaison avec le disque quantième du mouvement de base. Donc, c’était un petit tour de force assez sympa, un beau challenge pour réaliser cette grande date.

 

M&M : Et donc encore un module reconçu en entier ?

V.P. : Oui… Ce qu’il a de base, c’est le train d’animation de la Terre mais cette dernière augmente son diamètre de 1mm et passe à 7,5mm. Pour la Lune ca existait dans le proto réalisé entre 2005 à 2008. Le day-night existe dans la GMT-3.

 

M&M : Et donc encore une vente par souscription ? C’est un modèle qui t’a réussi la première fois…

V.P. :Oui la souscription a bien fonctionné pour quelqu'un d'inconnu dans le monde de l'horlogerie. Maintenant, c’est en précommande. Là, le prix de la VICENTERRA LUNA Tome1 n’est plus aussi attractif que la souscription de la GMT-3 Tome1. Ce n'est plus tout à fait le même produit, il embarque un mouvement Vaucher Manufacture, deux astres sphériques et une masse oscillante en or. Les clients potentiellement intéressés payent 2/3 à la commande et 1/3 avant la livraison. Mais évidemment, avant de passer à la phase contrat de vente, il faut qu’il y ait assez d'intérêt. Ce genre de projet sert aussi à faire parler de VICENTERRA.

 

 

M&M : C’est important aussi ! On va finir en évoquant l’avenir… D’abord l’avenir des modèles. Tu as surement déjà des idées sur les futures complications à venir dans les futurs modèles… Que peux-tu nous en dire ?

V.P. : Il y a encore des idées dont une complication qui n’est pas présentée officiellement, et il y a d’autres idées dans les tiroirs, ne serait-ce que pour la Luna : la Tome1 il n’y aura que la série proposée en précommande, c'est vraiment un produit exceptionnel, la Tome2 arrivera chez les détaillants après la Tome1, avec une fonction en plus, qui sera un GMT. Là, les prix en boutiques seront adaptés. Le troisième modèle [après GMT3 et Luna, NDLR] aura un petit soleil rétrograde pour afficher un jour/nuit, fonction qui existe aussi en proto.

 

M&M : Et pour finir, l’avenir du développement de Vicenterra ? La société, les points de vente, …

V.P. : Les perspectives on en a toujours. Je suis plutôt dans l’esprit d’avancer step-by-step, et de ne pas trop précipiter les choses. Pour l’instant je suis encore responsable de Vicenterra, et je crois qu’il ne faut pas aller trop vite. Il faut prendre le temps d’asseoir la marque et ça ne se fait pas en cinq minutes. Donc, j’espère que d’ici cinq ans il y aura 5 à 10 collaborateurs, pour promouvoir et développer la marque plus loin.

 

M&M : et en termes de points de vente ? Tu as donc annoncé aujourd’hui ton nouveau point de vente à Monaco [Temps et Passion, NDLR]. C’est ton troisième en un an, après Yverdon et Kuala Lumpur ! Bientôt un quatrième ?

V.P. : On va y aller step-by-step… Ce n’est pas très marketing, on va dire, vu les discussions avec mes collègues, je préfère être un peu sur la réserve que d’aller trop vite ! On se dit toujours « mieux avoir beaucoup trop de travail et de demande » ! Là pour l’instant il faut que je prenne quelques sécurités, dans l'approvisionnement de mouvements… Ca ne se fait pas tout seul ! Il faut tout gérer : je fais aussi le café, le livreur, le coursier, le comptable, la secrétaire, et accessoirement les études de construction, les dossiers de plan, la soumissions, etc.

 

M&M : merci Vincent de m’avoir reçu et accordé cet entretien !

V.P. : merci aussi et avec plaisir !

 

 

Toutes les informations sont disponibles sur vicenterra.ch

 

crédit vicenterra.ch



18/07/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres