Monde et Montres...

Monde et Montres...

Musée: la "Marie-Antoinette" de Breguet

Crédit lacotedesmontres.com

 

A tout seigneur, tout honneur, nous inaugurons la visite de notre musée virtuel par la montre d'un maitre incontesté de l'horlogerie, faite pour une reine, c'est à dire la montre qu'a réalisée Abraham-Louis Breguet pour la reine Marie-Antoinette.

 

 Suisse né à Neuchatel en 1747, Abraham-Louis Breguet sera formé à l'horlogerie à Paris par Ferdinand Berthoud et Jean-Antoine Lépine. Il créera son propre établissement en 1775 et sa renommée grandira très vite, tellement ses réalisations sont innnovantes. En 1782, la Reine Marie-Antoinette lui commande une première montre, et en 1783, Abraham-Louis reçoit une nouvelle commande, par un biais un peu mystérieux (le capitaine de la garde... au nom de la reine ou en son nom propre comme admirateur secret de la reine?): une montre qui devra comporter toutes les complications connues à cette époque. Le cahier des charges est facile à établir, pour la réalisation, ce sera une autre paire de manche!

 

Breguet se met à l'oeuvre, mais en 1789, c'est la révolution. Ayant été nommé Horloger de la couronne en 1784, il est donc menacé et sur les conseils de son ami Marat, Breguet quitte la France et se réfugie en Suisse. Il reviendra en 1792, ré-ouvrira ses ateliers et poursuivra son oeuvre, dont entre autres, la mystérieuse commande.

 

A sa mort en 1823, la montre n'est toujours pas achevée, et c'est son fils, Antoine-Louis Breguet qui finira la montre, en 1827.

 

Les complications de la montre sont:

  • une montre perpétuelle (automatique)
  • répétition minutes
  • calendrier perpétuel complet
  • une équation du temps (lever et coucher vrais du soleil)
  • une réserve de marche
  • thermomètre métallique
  • grande seconde indépendante (sorte de chronographe)
  • petite seconde « trotteuse »
  • échappement à ancre et un double pare-chute

 

Par la suite, la montre ira de collectionneurs en collectionneurs, pour arriver dans les mains de Sir David Lionel Salomons, aristocrate britanique, inventeur, passionné d'horlogerie dont entre autres Breguet dont il établira le premier catalogue. A sa mort en 1925, c'est sa fille, Vera Salomon qui en hérite. Après la seconde guerre mondiale, elle effectue un voyage en Israel elle se lie avec un universitaire, Leo Arie Mayer, et décide de le soutenir pour fonder un musée d'Art Islamique. Elle mettra à sa disposition sa collection personnelle, ainsi que la collection d'horlogerie qu'elle a hérité de son père. C'est ainsi qu'en 1974, est inauguré le musée d'Art Islamique de Jerusalem, le Mayer Institute for Islamic Art, avec entre autres, la montre "Marie-Antoinette".

 

L'aventure ne se finit pas là!...

 

Neuf an plus tard, le 16 avril 1983, la montre est dérobée au cours d'un cambriolage du musée, avec d'autres éléments de la collection d'horlogerie. Les recherches des polices du monde entier seront vaines, la montre restera introuvable. Ce cambriolage mystérieux apportera à l'aura de cette montre!

 

En 1999, ce qui deviendra le Swatch-Group rachète la marque Breguet. En 2004, la "Marie-Antoinette" restant introuvable, le PDG, Nicolas Hayek, décide de lancer la fabrication d'une réplique, cette pièce mythique de la marque pouvant lui faire une énorme publicité! Après 3 ans d'efforts, basés sur les quelques photos disponibles et quelques plans connus, par similitude avec des mouvements similaires d'époque, la nouvelle montre est présentée en 2008 au salon de Bâle.

 

Etrangement, peut-être un effet de la publicité faite autour de la fabrication d'une réplique, en 2006 la montre originale sera retrouvé chez un antiquaire de Jerusalem ayant appelé la police après avoir été consulté par un avocat oeuvrant pour le compte d'un client souhaitant vendre des montres. Après enquête, l'avocat travaillait pour la veuve d'un ancien criminel notoire israélien qui avait piloté le vol et avait ensuite fuit en Europe puis aux Etats-Unis. En perquisitionnant chez elle, la police retrouvera encore de nombreuses pièces issues du cambriolage de 1983.

 

Il y a donc maintenant deux "Marie-Antoinette", l'originale étant bien celle de Jerusalem.

 

Site du musée: L.A. Mayer Institute for Islamic Art

 

Sources:

lacotedesmontres.com

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Antoinette_(montre)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Louis_Breguet

http://en.wikipedia.org/wiki/David_Lionel_Goldsmid-Stern-Salomons

http://en.wikipedia.org/wiki/L.A._Mayer_Institute_for_Islamic_Art

 

Retour au Hall du musée virtuel



12/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres