Monde et Montres...

Monde et Montres...

Le prix des montres Suisses: une bombe à retardement?

Beaucoup l'ont constaté, l'ont vécu, et s'en plaignent: d'année en année, le prix des montres Suisses augmente, à une vitesse sans rapport avec l'inflation.

 

- Les grands groupes assument d'ailleurs très bien la situation! Cf CHALLENGES.FR.

"... Le prix a évolué parce que la qualité de nos produits n’a jamais cessé de se renforcer. Nos tarifs ont doublé en dix ans..."

- La mythique ROLEX Submariner qui coutait 4200€ environ mi-2010 est à 6200€ maintenant.

 

Pour justifier ces augmentations de prix, les marques parlent d'une augmentation de la qualité, d'améliorations techniques constantes (parachrome, ceramique, mouvement coaxial, ...). Mais pour la plupart des clients, ceci est transparent, et ils ne voient que l'augmentation des prix:

- que la précision de ma montre passe de +/-2s / jour à +/-1,5s / jour, c'est négligeable, et je n'ai pas envie de payer 500€ de plus pour cela!

- Une Blancpain Fifty Fathoms qui était une toolwatch à l'origine et qui se retrouve une montre Haute Horlogerie maintenant est pour moi incompréhensible... (ceci n'est qu'un exemple)

 

Et comme l'ont montré les résultats des grands groupes horlogers pour 2013, le nombre de montres vendues a réduit en 2013.

Mais ces mêmes résultats montrent une amélioration des bénéfices: Plus de marge par montre donc, et plus de montres "très chères" vendues.

 

Cette augmentation des marges montre bien à mon sens que les marques s'éloignent progressivement du grand public qui l'a bien fait vivre jusque là et que la priorité est donnée au bénéfice, et donc aux ventes de montres que je qualifierai de Très Haute Horlogerie (pour ne pas parler d'or et de diamant...).

Mais le problème de cette clientèle est qu'elle se base sur un nombre de ventes possible bien plus réduit. Le jour où pour une raison ou pour une autre les clients se détourneront, le manque à gagner sera très vite important.

Il y a eu une première alerte récemment en Chine, lorsque les dirigeants ont été "interdits" (je simplifie...) de montres luxe: immédiatement, le chiffre d'affaire s'en est ressenti.

Mais les marques semblent avoir ignoré cet avertissement. Je n'ai vu que PATEK PHILIPPE, par la voix de son PDG Thierry Stern dans une interview,  indiquer qu'ils ne mettaient pas tous leurs oeufs dans le même panier, ce que je trouve sage.

Alors que se passera t'il pour Breitling, Omega, Hublot, Rolex et consorts, le jour où les montres Hyper Luxe connaitront un creux? Quelle sera leur porte de sortie? Qu'adviendra t'il des petites marques qui auront tout misé sur ce seul créneau?

 

Le monde Suisse de la montre mécanique a connu une grave crise à la fin des années 70 avec l'arrivée du Quartz qu'ils ont traité avec un peu d'arrogance initialement. Il n'est pas souhaitable qu'une telle crise, même réduite, se reproduise.

Seiko est connu pour proposer des montres de grande qualité à un prix qui reste modéré, ils seront forcément moins sensibles si un nouveau séisme horloger se produit.

 

Alors, le prix des montres suisses, une bombe à retardement: oui, à mon avis. Seul reste à savoir quand la bombe va exploser, et la force de l'explosion.

 

Votre avis?

 

 

Sujet faisant suite:

- Comparaison Montres et Voitures

- La fin du Swiss-Made?



16/05/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres